Creusille-Blois-aout2021-©whoisreno-8279.jpg

La rando des trois ponts de Blois

Cyclotouriste, Promenades et Randonnées, Pédestre à Blois
7.4 km
Boucle
Cyclotouriste
45min
Facile
7.4 km
Boucle
Promenades et Randonnées
2h 30min
Facile
  • Une vraie balade de 8km sur les rives de Loire à Blois. Les trois ponts permettent de varier les balades selon que vous êtes en famille ou en couple. Idéalement tracé pour une balade à pied, elle est toutefois possible à vélo. Ce parcours n'est pas balisé mais très simple à trouver.
    En téléchargeant le pdf joint vous pourrez retrouver des commentaires sur le patrimoine, la faune et la flore sauvage.
    Posez votre voiture au port de la Creusille ou laissez-la au parking du château si vous venez...
    Une vraie balade de 8km sur les rives de Loire à Blois. Les trois ponts permettent de varier les balades selon que vous êtes en famille ou en couple. Idéalement tracé pour une balade à pied, elle est toutefois possible à vélo. Ce parcours n'est pas balisé mais très simple à trouver.
    En téléchargeant le pdf joint vous pourrez retrouver des commentaires sur le patrimoine, la faune et la flore sauvage.
    Posez votre voiture au port de la Creusille ou laissez-la au parking du château si vous venez de le visiter.

    Circuit proposé et commenté par Ville d'Art et d'Histoire de Blois.
Points d'intérêt
1 La digue
Construites à partir du XIIe siècle, les digues, simples buttes de terre et de cailloux de Loire, avaient pour premier rôle de faciliter la navigation en augmentant le niveau de l’eau.
Continue de St-Dyé-sur-Loire à Candé-sur-Beuvron, spot 24 km, cette digue est munie de deux déversoirs : Montlivault et «la Bouillie», destinés à soulager les levées en cas de fortes crues, notamment au niveau de Blois où la Loire se rétrécit.
2 Echelle hydraulique
Vous en rencontrerez plusieurs au cours de votre promenade. Elles permettent de connaître la hauteur d’eau du fleuve, celle-ci étant mesurée à partir du niveau « 0 », non pas celui de la mer, mais celui du niveau moyen du fleuve à cet endroit.
3 Les anciennes dragues de Loire
Sur la rive droite, on aperçoit des pontons de béton, vestiges d’anciennes dragues.
Ces engins prélevaient sable et graviers directement dans le lit mineur de la Loire, jusqu’à leur interdiction en 1995.
En effet, ces prélèvements ont entraîné l’abaissement de la ligne d’eau, la baisse de la nappe alluviale, l’assèchement de zones humides et la disparition des frayères à brochets. Ils ont toujours lieu mais uniquement dans le lit majeur du fleuve.
4 Le déversoir de la Bouillie
Aménagé à l’emplacement du « déchargeoir » présent dès 1584, il protège la ville en délestant une partie de la crue autour du faubourg de Vienne, lui-même entouré d’une digue.
Muni d’un socle de pierre et d’une partie fusible en terre, ce déversoir entre en fonction lorsque le débit de la Loire atteint 3 900 m3/s, soit une crue tous les 30 ans, le dernier fonctionnement remontant à 1924.
5 L’ancien barrage du Lac de Loire
Édifié en 1969 pour irriguer les cultures du val et aménager une base de loisirs, le barrage du Lac de Loire n’est plus en service depuis 2005.
6 Le ruisseau des Mées
Afin d’empêcher la remontée des eaux de la Loire dans les ruisseaux, mais également dans les réseaux d’eaux pluviales et les anciens égouts, tous les débouchés sont munis de clapets ou de portes anti-retour.
L’ancienne confluence du ruisseau des Mées est ici équipée d’un système de vannes à guillotine permettant d’empêcher tout écoulement en cas de crue.
7 Bateaux de Loire
La navigation traditionnelle en Loire se fait sur des chalands, bateaux à voile à fond plat et sans quille, adaptés
à la faible profondeur du fleuve. La toue cabanée, de forme similaire, possède quant à elle un abri sur le pont qui lui
donne son nom.
8 Bombardements et reconstruction
Les bombardements allemands de juin 1940 détruisent 300 immeubles de part et d’autre du pont. La reconstruction, exemplaire par son intégration dans la ville, fait la part belle aux perspectives visuelles, comme ici sur l’escalier Denis-Papin, mis en valeur par l’hémicycle de la place de la Résistance.
9 Le pont Jacques-Gabriel
Achevé en 1724, ce pont a remplacé le pont médiéval situé 80 mètres en aval et emporté en 1716 par une débâcle (fonte de la glace) de la Loire. Oeuvre de l’architecte Jacques V Gabriel, il constitue la première réalisation du corps des Ponts et Chaussées nouvellement créé.
10 Les marques de crues
En 1856, date de la crue la plus importante, l’arche du pont sur laquelle vous vous trouvez
pour regarder ces marques de crue (en amont du pont) était alors complètement saturée.
11 Tourelle de guet?
Cette petite construction, ressemblant à une tourelle de guet surplombant la Loire, est en fait le dernier
des quatre urinoirs pour hommes construits au XIXe siècle, dont deux encadraient l’entrée du pont Jacques-Gabriel sur la rive droite.
12 La forêt alluviale
Essentiellement constituée de saules, espèces supportant inondations et exondations successives, cette petite forêt est installée sur des alluvions (sables, graviers, limons…) déposés par la Loire.
De nombreux insectes aériens et aquatiques, amphibiens et poissons, viennent pondre dans cette zone d’eau calme et marécageuse, entrelacs de racines et de plantes aquatiques.
Au plus près du pont, elle est malheureusement envahie par la jussie, aussi belle que redoutable concurrente pour les autres plantes.
13 La vue en aval du pont
S’élargissant de nouveau, le val laisse découvrir :
• en rive droite : le coteau des Grouets, autrefois viticole, maintenant zone résidentielle,
• en rive gauche : la plaine alluviale, lieu de culture intensive, puis le coteau boisé, limite de la forêt de Russy,
• et, suivant les saisons, grèves et bancs de sable sur lesquels de nombreux oiseaux, dont les sternes, viennent nicher.
14 Un amphithéâtre sur la Loire
Rive droite, après les formes massives de l’aile Gaston d’Orléans du château, les flèches de Saint-Nicolas, le clocher de la cathédrale et enfin le campanile de la basilique de la Trinité rythment le paysage.
Les maisons ont été ici bâties à flanc de coteau, formant par leur étagement les degrés de «l’amphithéâtre» sur la Loire décrit par La Fontaine et Victor Hugo.
15 Rive gauche
L’ancien faubourg de Vienne est le quartier des mariniers, des tonneliers et des maraîchers. Jusqu’au XIXe siècle et l’arrivée du chemin de fer, les mariniers sont chargés du transport des marchandises sur le fleuve à bord de leurs bateaux, notamment le vin produit dans le Blaisois.
16 Abbaye Saint-Laumer
Fondée au Xe siècle, l’abbaye bénédictine Saint-Laumer a été transformée en hôpital à la Révolution, et l’est resté jusqu’en 1977.
L’aile Est, bâtie au XVIIIe siècle, abritait l’orangerie et le réfectoire des moines. Derrière on aperçoit le chevet de l’ancienne église abbatiale, aujourd’hui église paroissiale Saint-Nicolas.
17 L’église Saint-Saturnin
Elle abrite une chapelle dédiée à Saint Pierre, protecteur de la confrérie des mariniers, ainsi qu’un grand nombre d’ex-voto à Notre Dame des Aydes, dont un vitrail représentant la crue de la Loire en 1866.
18 L’aître Saint-Saturnin
En face, l’aître Saint-Saturnin est un rare exemple d’ancien cimetière à galeries datant du XVIe siècle. Il accueille
aujourd’hui les collections lapidaires de la ville de Blois.
19 Le port de la Creusille
Il fait partie au XVIIe siècle des multiples ports et grèves de Blois. D’abord chantier de construction
de bateaux, il trouve une vocation commerciale au XIXe siècle, au détriment de la rive nord. Il a ensuite servi de carrière d’extraction de sable.
60 mètres de dénivelé
  • Altitude de départ : 71 m
  • Altitude d'arrivée : 70 m
  • Altitude maximum : 74 m
  • Altitude minimum : 64 m
  • Dénivelé total positif : 60 m
  • Dénivelé total négatif : -60 m
  • Dénivelé positif maximum : 7 m
  • Dénivelé négatif maximum : -8 m
Est proposé par